- Railway to Heaven ?

« C’est sur les rails qu’est notre destinée. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Peace [terminée]

Aller en bas 
AuteurMessage
Peace
Médecin
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Peace [terminée]   Lun 10 Jan - 17:59

S E D E N T A I R E


— Le commencement.

  • Identité : Kurt Frischmann
  • Surnom : Peace
  • Âge : 16 ans
  • Métier : Médecin
  • Gare : Gare Centrale


— Et sinon, de quoi t’as l’air ?

  • A l’intérieur ?
    Un sourire avenant, des traits enfantins, une petite taille, voilà de très bons ingrédients pour apaiser les gens. En effet, lorsqu’on pose les yeux sur ce garçon, du moins en apparence, on ne peut pas vraiment le détester (sauf si on se force). Il est un enthousiaste aux manières douces qui s’est donné pour mission d’aider les gens de Nulle part. Avec les dangers des hautes herbes, les attaques, on peut dire qu’il a toujours du travail devant lui qu’il semble toujours prendre avec un optimisme étonnant. Il est celui qui cherche toujours le bon côté des choses, aussi infime et caché soit-il. D’ailleurs, avec l’avancement de la science où est rendue nulle part, l’espoir est parfois le meilleur traitement que le jeune médecin puisse administrer. Il est quelqu’un de très agréable finalement, qui fait sentir aux gens autour de lui qu’il est vraiment dévoué à sa cause et habité par un grand amour d’autrui.

    Mais personne n’est vraiment ainsi, n’est-ce pas? Personne ne peut garder le sourire tout le temps. Lorsque la clinique se vide, lorsque les yeux ne sont plus tournés vers lui, celui de Peace disparait. Il aura beau dire autant de fois qu’il veut que tout ira bien, que les choses iront mieux, il n’en croit pas la moitié. Il se sent responsable de garder l’espoir vivant, de faire sourire un patient qu’il sait condamné, car si tout le monde se dit que c’est foutu, il en sera fini de leur civilisation précaire. Son masque est parfois un peu trop pesant à porter, il lui arrive souvent de craquer, mais il ne peut pas s’empêcher de mentir ainsi. Il est si dévoué aux autres parce qu’il est simplement rongé par la culpabilité de n’avoir jamais pu faire quelque chose de bon. Le médecin se considère donc comme quelqu’un de fondamentalement égoïste qui aide les gens autour simplement pour se sentir mieux, pour se sentir utile. Il lui arrive donc de se surmener parfois, comme la tâche est souvent énorme. On le croit modeste lorsqu’il réfute les compliments, mais à l’intérieur il les accepte en sachant qu’ils sont faux. Au final, personne ne l’a encore vu craquer, soupirer bruyamment en laissant tomber sa tête sur un matelas, heureusement pour lui.

    Mais quoi qu’il pense de lui-même, il lui arrive souvent de faire preuve d’un courage que l’on pourrait qualifier de stupide, irréfléchi, pour protéger des inconnus, bien qu’il soit de constitution frêle et sans expérience de combat aucune. Chanceux, cela ne lui a rapporté que des blessures mineures pour l’instant. Avec le temps, peut-être cette mascarade est plus devenue une partie de sa personne que Peace ne l’aurait cru. Étonnamment, il n’entretient pas vraiment d’amitié proche avec les gens, on pourrait dire qu’il a un très grand nombre de connaissances sympathiques, il garde cependant toujours une distance avec celles-ci sans trop en avoir conscience. Il est partagé entre le sentiment que des amitiés seraient trop risquées et l’envie d’avoir quelqu’un devant qui il n’a pas à être faussement positif à outrance.


— Et avant, tu faisais quoi ?

  • Qu’est-ce qui vous a poussé à rester Sédentaires ? Parce que la violence ne l'intéresse pas.
  • Et ta vie, à quoi elle ressemblait, jusque là ? Une silhouette émergea d’un bosquet aux branches gelées, faisant tomber le châle de neige qui s’y était posé. Il s’était dit qu’il y resterait pour la nuit, peu importe s’il mourrait gelé. Mais ses doigts écarlates le faisaient tant souffrir qu’il avait dut abandonner l’idée. Il voyait à travers le flocon une sorte de bâtiment, un chalet peut-être, une maison. Peu importe si elle était vide, elle serait plus chaude, c’est tout ce qui importait. Il n’avait aucune idée d’où il était, il avait pris le bus, il avait marché. Il ne savait toujours pas pourquoi il avait fait ça. Pour prouver à tout le monde qu’il avait fait quelque chose? Qu’il avait marché au plus loin avant que ses jambes ne se brisent. Il était sûrement malade, il fallait bien être malade pour trouver la vie d’un ennui aussi mortel, malade pour décider ainsi de partir sans laisser de mot, pour seul but qu’on parle de son cadavre retrouvé dans les montagnes. Pour qu’on comprenne que c’était sa seule façon de devenir un homme.

    Il venait d’une famille cultivée, enfant du milieu de trois garçons. Enfant effacé, il apprit à parler et à lire si lentement que ses parents avaient craint une déficience mentale. C’était d’ailleurs l’avis de ses professeurs en voyant ses notes désastreuses ainsi que son manque flagrant de compétences sociales, une l’avait carrément dit autiste et qui aurait pu la contredire. Même à 5 ans, le jeune Kurt semblait totalement désintéressé par tout ce qui était réel, il n’aimait pas le sport, il n’aimait pas les autres, il n’aimait pas l’école. Contrairement à la croyance populaire du milieu qui multiplie les frasques pour se faire remarquer, on aurait dit qu’il avait déjà abandonné l’idée de surpasser ses frères. Il était vrai également qu’il était petit et maladroit, il ne s’agissait pas juste d’une question de motivation, il n’avait carrément aucun talent.

    Mais il y avait une exception. La famille Frischmann qui vivait dans un grand centre urbain décida un jour d’aller passer des vacances dans la montagne, dans un petit chalet rustique. Ce fut la première fois que les parents virent les grands yeux bruns de Kurt s’allumer, comme si on avait appuyé sur l’interrupteur. Il passait ses journées à regarder les sauterelles dans l’herbe, faire des ronds dans l’eau du lac, on l’entendait carrément rire. Sauf que son benjamin était encore trop jeune et se faisait dévorer par les moustiques, pendant que son aîné n’avait rien trouvé de plus intéressant à faire dans la nature que de rester scotché sur son gameboy. Ils ne retournèrent donc pas souvent au chalet très souvent.

    Mais au moins, les Frischmann savaient qu’il y avait quelque chose sur la terre qui intéressait leur fils. Ils lui achetèrent des livres des photos de paysages, des livres sur les animaux, les plantes, plus tard des encyclopédies. Cela ne le rendit pas plus intéressé au reste malheureusement. À ses dix ans, ses parents furent convoqués par son professeur qui s’inquiétait de sa réponse à la question « Que veux-tu être plus tard », le garçon avait répondu « ermite ». Kurt avait d’ailleurs beaucoup de problèmes avec ses frères qui le rabaissaient sans cesse, lui disant qu’il finirait pompiste. Il continua ainsi à grandir en ne voyant rien de très intéressant à la vie que ses encyclopédies naturelles. Il devenait d’ailleurs assez calé dans le domaine, surtout de la botanique. Il était poli avec les autres mais n’avait pas vraiment d’amis et les filles on n’en parle pas, malgré qu’il ait 16 ans. C’est un soir fatidique qui le décida à entreprendre son grand voyage. Son frère aîné qui parait vivre en appartement. Alors qu’ils voyaient sa voiture rétrécir dans la rue, il vit une larme perler au coin de l’œil de son père. Lorsqu’il lui demanda pourquoi, il lui répondit que c’était le premier de ses enfants qui devenait un homme.

    -Je ne suis pas un homme?
    -Il ne suffit pas d’avoir 16 ans, 18 ans ou n’importe quel âge. On devient un homme lorsqu’on trouve quelque chose auquel on croit, et lorsqu’on décide de marcher vers son objectif. C’est ça un homme.

    Cela fut matière à réflexion au garçon, qui savait depuis un bon bout de temps qu’il ne trouverait pas sa place dans le monde. Il n’avait jamais eu la volonté de s’intéresser à quoi que soit d’autres que ses plantes, il ne se voyait pas trouver un travail, se lever tous les matins pour aider une société dans laquelle il ne pouvait entrer. Il avait envie de s’étendre dans l’herbe d’une clairière et y rester. C’est alors que sur un coup de tête, il décida de partir, qu’il deviendrait un homme ainsi. Il prit quelques jours pour se préparer en secret, puis parti, prenant des destinations au hasard.

    Son pied se posa sur une surface lisse en dessous de la neige qui émit un craquement qu’il reconnaissait, il y avait probablement un lac gelé en dessous de lui. N’étant pas très lourd, Kurt décida de le travers, c’était le chemin le plus court pour atteindre la bâtisse. Alors qu’il marchait prudemment sur la surface gelé, se rapprochant lentement de la maisonnette, il recommença à en reconnaitre l’apparence. Ces fenêtres, les murs, le lac. Il était au chalet de son enfance, instinctivement, il s’était rendu ici, à l’endroit qu’il avait le plus aimé de sa vie. Il pressa alors le pas, ce qui était une erreur fatale. Son pied passa à travers la glace avec un craquement sinistre. Alors qu’il essayait de le retirer de l’eau glacée, le reste de la surface du lac céda sous son poids, le précipitant dans l’eau. Malgré le fait qu’il s’accroche à une plaque de glace encore solide, il n’arrivait pas à se hisser dessus, ses vêtements rendus lourd par l’eau le tirant vers le fond. Il pensa d’abord à crier, mais personne n’y était. C’est alors qu’il se rendit compte qu’il allait mourir. Dans le buisson, il avait pensé se laisser mourir de froid, mais maintenant qu’il se rendait compte qu’il allait mourir, il n’en avait plus envie. Il redoubla donc d’effort, alors que son esprit allait à toute allure. Il allait s’en sortir, il allait revenir à la maison, il allait se faire des amis, il allait faire quelque chose de sa vie. Il ne pouvait mourir comme ça sans n’avoir rien aimé, sans avoir pu faire quelque chose, sans être personne. Il allait devenir quelqu’un de bien, il étudierait, il sauverait des gens, il n’en avait aucune idée, mais il allait sortir pour faire tout ça. Puis la glace sur laquelle il se tenait se détacha.

    La première chose qu’il fit en se réveillant fut de pleurer toutes les larmes de son corps avant de se rendre compte qu’il était bien vivant. Vivant mais à un endroit tout à fait inconnu. Sans aucune idée de comment il était passé du lac à cet endroit. Lorsqu’il vit cette grande forme dans le ciel, un château, il exclut alors toute raison logique. Il fit comme tout le monde qui arrivait en cet endroit il erra peut être une heure, peut-être même moins avant de se retrouver dans ce qui semblait être une gare, remplie de gens tous aussi perdus que lui. Le reste de l’histoire se passa incroyablement vite et lentement à la fois. La perspective de mourir l’avait complètement transformé, il ne pouvait supporter le fait qu’il était resté 16 ans sans rien faire de sa vie. Finalement ce qu’il avait à faire s’imposa de lui-même lorsqu’il fut témoin d’une attaque des pirates. Comme les plantes semblaient être les mêmes que le monde réel, car avec le temps on arrive à se faire à l’idée que l’on n’y est plus, dans le monde réel, il connaissait par cœur les vertus médicinales de certaines. C’est ainsi qu’avec les années, si on peut les qualifier ainsi avec ce temps qui ne semble pas passer, il devint un médecin. Sans que cela soit vraiment très officiel au début, puis quand l’argent commença à rentrer il put emménager dans une minuscule clinique. Il avait décidé de devenir quelqu’un d’autre, totalement, il décida de se faire appeler Peace, sans que le surnom ait de signification profonde, il aimait bien, simplement. Il se mit à aider les gens, ce qu’il n’avait jamais fait auparavant, sans vraiment savoir si cela servirait à quelque chose au final.


V O U S


  • Pseudo : Byby
  • Âge : 17 ans
  • Depuis quand faites-vous du rp ? 4 ou 5 ans je sais plus trop xD [ps: désolé l'histoire n'est pas vraiment sortie comme je le voulais j'espère que ça fonctionnera quand même]
  • Disponibilité : plus ou moins 8/10 dépendant de ma motivation
  • Avez-vous lu le règlement ? Done
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destin
Admin ●● PNJ.
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: Peace [terminée]   Lun 10 Jan - 20:50

J'étais toute "Aaaaaw" en lisant ta fiche et ton personnage me fait absolument craquer *///*

Bon jeu, petit Sédentaire ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://railway.forumactif.org
Peace
Médecin
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Peace [terminée]   Lun 10 Jan - 20:51

Merci c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peace [terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Peace [terminée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Période d'essai terminée : Gray
» War and Peace
» No Peace without Spain
» [Enutrof] 200, Peace-Tache. [Hecate]
» Un Champagne Millésimé - Chasse terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Railway to Heaven ? :: >> First station : Welcome, Stranger ~ :: - Présentations. :: Les Sédentaires.-
Sauter vers: