- Railway to Heaven ?

« C’est sur les rails qu’est notre destinée. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Steppe ~ Once upon a time a tragic story...

Aller en bas 
AuteurMessage
Steppe
Cuisinier
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 27

MessageSujet: Steppe ~ Once upon a time a tragic story...   Lun 6 Juin - 20:11

P I R A T E


— Le commencement.

  • Identité : Aloysius Fender
  • Surnom : Steppe
  • Âge : 19 ans
  • Métier exercé : Cuistot parce qu’il en faut bien un ! Puis de toute manière, le ptit Aloysius avait toujours été très « gâteau ». Dans la maison, c’était l’artiste avec une cuillère pour tout pinceau ! Il avait un don pour ça, c’était clair ! Alors quand on lui avait demandé ce qu’il savait faire quand il s’était présenté pour être pirate, il avait immédiatement répondu, bêtement : « La cuisine » avant de se rendre compte du ridicule de sa phrase qui sonnait vraiment de manière comique. Pourtant les gars en face de lui n’avaient pas rigolé. Ils s’étaient contentés de lui offrir la place de cuisinier.


— Et sinon, de quoi t’as l’air ?

[list][*]A l’intérieur ?

Aloysius a toujours eu un caractère très réservé, très timide. Augustin, son frère jumeau (voir plus bas), lui, était plutôt fanfaron, toujours prêt à braver l’interdit et à bien se marrer. Steppe n’est ni l’un ni l’autre. Ni Aloysius, ni Augustin. Mais les deux. Comment une telle alliance est-elle possible ? Elle ne l’est pas, tout simplement. Et c’est tout ce qui fera le mal-être du jeune Steppe.

Steppe est lunatique. Ou plutôt lunatique organisé, ou réglé, ou logique ou pas. J’entends par là que Steppe c’est un jour blanc un jour noir, un jour Augustin, un jour Aloysius. Mais de manière organisée. On peut deviner assez facilement lequel des deux visages il arborera. La nuit, et les jours de pluie, il a plutôt tendance à adopter le caractère d’Aloysius. Froid, distant, rêveur, ailleurs, réservé, voire même de mauvaise humeur. Le reste du temps, il est plutôt du côté d’Augustin, plaisantin, familier, sociable mais pas bavard. Cette double personnalité est troublante. Elle l’a toujours été, et pour le reste de l’équipage et pour lui-même.

Steppe n’a pas l’habitude de se confier. Il dit ne pas se rappeler comment il est arrivé là et ne pas connaître son prénom d’origine. De toute manière que dirait-il ? Aloysius ? Ou alors Augustin ? Il y a fort à parier qu’il pencherait plutôt du côté d’Augustin.

Mais s’il ne parle pas de son passé, il n’en reste pas moins un bon compagnon, agréable et sociable, même dans ses moments de solitude où il devient très distant et réservé. Il n’est pas féroce, il ne rejette pas méchamment celui qui vient lui parler dans ses moments de froideur. Du moment qu’on ne lui cherche pas querelle. Sinon, c’est autre chose.

Steppe a un bon fond, un fond très doux. Mais il sait aussi être violent, comme tout pirate. Et c’est par cette violence qu’il parvient à extérioriser ses passions, sa haine, son amour pour son frère disparu, son sentiment d’injustice. C’est ce qui fait de lui un bon élément.

A la fois sage et courageux, sociable et distant, Steppe est un être plein de contradictions, comme nous le sommes tous. Mais il est parfois très caractériel et s’emporte facilement. Il sait être blessant quand il le veut.

— Et avant, tu faisais quoi ?

[list][*]Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir Pirate ? Le jeune Aloysius avait toujours rêvé de voler. Mais son frère jumeau, Augustin, lui, préférait naviguer. Aloysius rêvait de Montgolfière quand son frère rêvait de bateau. Alors, dans leurs jeux, ils avaient pris l’habitude de s’affronter de ciel à mer et c’était un jeu qui avait bercé toute leur enfance. Aloysius se souvenait du jour où, pour leur huitième anniversaire, Augustin avait reçu un magnifique bateau de pirate. Lui s’était vu confier une montgolfière qui avait dessiné pendant longtemps de grandes étoiles dans ses yeux. Il était déjà loin ce temps-là lorsqu’Aloysius foula la terre de Nulle Part. Et Augustin n’était plus là depuis bien longtemps... Mais dans l’esprit d’Aloysius, ce n’était plus lui, mais Augustin qui venait d’arriver dans ce nouveau monde. Juste après sa mort. Il était tout naturel , par conséquent, que celui-ci fut devenu un pirate. Il l’avait souhaité toute sa vie ! Ce n’était que l’accomplissement d’une longue attente et surtout, la possibilité pour Aloysius de faire son deuil en croyant son frère ressuscité dans un autre monde, dans le monde de Nulle Part…

[*]Et ta vie, à quoi elle ressemblait, jusque là ?

Aloysius naquit quelques minutes après son frère Augustin. Ce fut leur première séparation. Séparation douloureuse pour leur mère comme pour eux deux. Unis depuis toujours dans son ventre arrondi de leur forme commune, ils avaient bien dû se séparer pour en sortir.

Ils n’eurent pas d’autres frères et sœurs mais c’était déjà assez bien d’avoir un compagnon avec qui tout partager. Ils devinrent rapidement (ne cessèrent jamais d’être ?) inséparables. Si Augustin avait le caractère volontaire de sa mère, Aloysius restait plus en retrait, laissant parler son frère pour eux deux. Il lui vouait une incroyable admiration. C’était Augustin qui menait la barque, ou plutôt le bateau comme il aimait le dire. Il était le capitaine et Aloysius était son second. L’être le plus indispensable qu’il puisse avoir.

Les deux frères s’aimaient profondément. Ils se chamaillaient de temps à autre mais ce n’était jamais bien sérieux et de toute évidence, la séparation pour eux était intenable. Ils allaient à l’école ensemble, dans la même classe, jouaient ensemble, mangeaient ensemble, faisaient leurs sorties ensemble. Si on leur proposait deux activités différentes, ils s’obstinaient à refuser et entamaient un tel caprice qu’il était presque impossible de ne pas céder à leur volonté. Leurs parents savaient que cette alliance n’était pas bonne pour eux, qu’elle finirait par leur causer des soucis. Ils savaient qu’un jour, il faudrait bien qu’ils prennent deux chemins différents dans la vie. Tous deux étaient très différents malgré leur amour réciproque. Ils auraient besoin de partir dans deux voies différentes. Mais leurs parents étaient impuissants. Ils décidèrent d’abandonner la partie, de laisser faire le temps. Ils avaient bon espoir.

Ce fut bien assez tôt qu’arriva la divergence de chemin. Bien plus tôt qu’ils ne l’attendaient en tout cas… Et pas de la manière qu’ils l’auraient souhaité…

Il était deux heures lorsque les deux frères décidèrent de quitter la fête. Ils s’étaient beaucoup amusés mais le lendemain, ils avaient prévu un tas de trucs à faire ensemble et il fallait absolument qu’ils dorment un peu. Et puis… Leurs parents leur avaient donné la permission de minuit. Ils n’étaient pas censés être encore là-bas. Comme toujours, Augustin était hilare. L’idée même de l’interdit l’avait toujours empli d’excitation. Et Aloysius ne put empêcher son frère de lui communiquer son hystérie. Bien vite, ils se retrouvèrent dans la rue à rire de leur courage en fredonnant des airs entendus plus tôt dans la soirée. Leur maison n’était pas très loin. C’était chez des voisins que la fête avait eu lieu. Une ou deux rues à traverser et le tour était joué. Même pas besoin de voiture !

« La Grande Classe, pas vrai frérot ?
- Absolument ! Cette soirée était d’enfer !
- Et merci à qui ?
- …
- Allez, dis-le, merci à qui ???
- Pfff… Merci à toi…
- Je te l’avais dit que cette soirée serait splendide ! Tu voulais pas y aller ! Et papa qu’est-ce qu’il va dire ? Et maman, si elle l’apprend ? Et on va encore se faire punir ! Et cette fête en vaut sûrement pas le coup ! Et gna gna gna ! Rabat joie, va !
- Ca va c’est bon, pas besoin d’en rajouter crâneur ! »

Aloysius s’était alors jeté sur son frère en lui rabattant la capuche sur les oreilles et ils s’étaient chamaillés dans l’herbe humide pendant quelques minutes, en proie à un immense fou-rire. Puis ils avaient repris la route bras dessus bras dessous.

Au coin de la rue, ils tournèrent. En face d’eux, la route. Et après la route, leur maison qui leur tendait les bras.

« Je sais pas toi mais moi j’ai sacrément envie de dormir ! Mon lit m’appelle ! » s’était exclamé Augustin.

Et il avait traversé. Il avait traversé sans même prendre la peine de regarder. Aloysius avait à peine eut le temps de lui crier « Attend ! » en s’avançant pour lui attraper le bras et le tirer en arrière, que la voiture avait surgi de l’obscurité, plein phare et à une vitesse incalculable. Augustin avait disparu sous les roues. Aloysius avait hurlé puis s’était écroulé sur le sol. Le conducteur était descendu, affolé, il était venu s’excuser. Mais Aloysius ne voulait rien entendre. Il s’était jeté sur lui et l’avait frappé de toutes ses forces. Les fenêtres s’étaient allumées un peu partout, alertées par les cris. Les fenêtres de sa maison aussi. De leur maison. Ses parents avaient accouru. Ils avaient hurlé, pleuré à leur tour…

Ca avait été un drame. Un drame dont ses parents avaient beaucoup de mal à se remettre… Ils n’avaient même pas pu lui dire au revoir… Mais ce fut bien pire pour Aloysius. Il s’enferma dans sa chambre, ne voulut plus en sortir. Il n’alla plus en cours, arrêta toutes ses activités. Il se cloisonna dans son esprit. Et puis un jour, au bout d’un an, il vit un brin d’espoir naître dans son esprit. Un rayon de lumière éclairer sa vie. Il avait alors plus de dix-neuf ans et il était persuadé qu’il était en communication avec son frère. C’est ainsi qu’Aloysius découvrit Nulle Part, en se perdant lui-même. En s’oubliant. Dans Nulle Part, c’était lui qu’il voyait et pourtant, il pensait que c’était son frère. Leur ressemblance avait toujours été frappante, cheveux sombres en bataille, regard de jais assorti et cette pâleur avec laquelle ils contrastaient terriblement, et il était tellement plus facile pour lui de se dire que son frère avait ressuscité dans un monde plus intriguant, plus aventurier, un monde à son image !

Pour les parents d’Aloysius, ce fut un désastre. Aloysius ne communiquait plus et lorsqu’il acceptait de parler, c’était pour dire qu’il voyait son frère, qu’il allait bien, qu’il était devenu un pirate. Il ne s’alimentait plus, ne vivait plus. Ses parents durent se résoudre à perdre leur deuxième enfant. De toute évidence, ils l’avaient perdu le jour où son frère était mort. Ils l’avaient perdu lorsqu’il s’était enfermé dans sa chambre en refusant de parler. Ils l’envoyèrent en hôpital psychiatrique pour tenter de le faire revenir à la raison et l’obliger à s’alimenter. Mais ils étaient loin de se douter qu’Aloysius ne reviendrait jamais… Ils étaient loin de se douter que leur fils était parti bien trop loin pour pouvoir rentrer un jour…


V O U S


  • Pseudo : Lyra
  • Âge : 20 ans
  • Depuis quand faites-vous du rp ? Heu… La 3e je dirais. Soit… 6 ans, c’est ça ?
  • Disponibilité : Ca dépend des semaines en fait… Je suis en prépa alors, parfois pas une minute pour moi, parfois un peu de temps pour souffler, c’est très variable. Mais j’ai une très bonne disponibilité pour les jours à venir et pour les vacances^^
  • Avez-vous lu le règlement ? Of course ! Plutôt deux fois qu’une (sisi je vous assure !) et d’ailleurs exact ♥ ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destin
Admin ●● PNJ.
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: Steppe ~ Once upon a time a tragic story...   Lun 6 Juin - 22:18

Oh je suis très contente de voir que tu as utilisé avec originalité le fait de "se perdre" *___*
Sympathique fiche, sympathique personnage tu as tout bon, je valide!
Et merci pour les compliments sur le forum, ça me fait très plaisir!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://railway.forumactif.org
Steppe
Cuisinier
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 27

MessageSujet: Re: Steppe ~ Once upon a time a tragic story...   Lun 6 Juin - 22:32

J'aimais bien cette idée de "se perdre" ça m'a inspirée^^
Je suis contente que mon personnage te plaise !
Et de rien pour les compliments, ils sont mérités ! Je ne dis que ce que je pense !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pendragon
Chef des Sédentaires
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 01/12/2010

MessageSujet: Re: Steppe ~ Once upon a time a tragic story...   Jeu 9 Juin - 23:16

Destin se fait vieux. J'vois même pas la balise de validation du code. C'te téhon ! Bwahaha ! 8D *Fuit avant de se faire botter les fesses.*

Bienvenue à toi, Steppe ! Un style bien agréable que voilà ! Jolie fiche ! Amuse-toi bien ! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steppe
Cuisinier
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 27

MessageSujet: Re: Steppe ~ Once upon a time a tragic story...   Ven 10 Juin - 11:15

Merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destin
Admin ●● PNJ.
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: Steppe ~ Once upon a time a tragic story...   Ven 10 Juin - 11:39

EH OH PENDY TAIS TOI ;; Je l'ai validé avec mon téléphone. That's why.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://railway.forumactif.org
Solal Thorfrid
Gérante de la Monnaie
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 28/02/2011
Localisation : Gare du Nord

MessageSujet: Re: Steppe ~ Once upon a time a tragic story...   Dim 19 Juin - 11:32

Un nouveau !
Un nouveau !
Et que je ne l'avais même pas vu !

Un personnage original, en tout cas. Au plaisir de te croiser en RP Smile (D'ailleurs, si je réponds aux miens, moi, ça peut être bien, de temps en temps...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Steppe ~ Once upon a time a tragic story...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Steppe ~ Once upon a time a tragic story...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Story] Into the darkness
» [Blog] Short-story : Winter tale
» Mahjong Time
» [ZEN] Time Sieve
» Time vault

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Railway to Heaven ? :: >> First station : Welcome, Stranger ~ :: - Présentations. :: Les Pirates.-
Sauter vers: